03/03/2013

Sorties Mars 2013

Samedi 30/03/2013 : BRM 300 de l’Aurore-Cyclo
Par Patrice Martin

Patrice devait apporter les cartes et les cachets pour les inscriptions, il avait fait des calculs pour arriver à l'heure ... mais il n'a pas assez pris de minutes de sécurités.

Il pensait qu'en partant à 5h30 de chez lui, il serait au local vers 6h.  C'était déjà mal calculé car il aurait fallu arriver à 5h50 (au moins) pour préparer les papiers.  De plus même vers 5h30, il faut faire attention dans la rue Neuve pour éviter les morceaux de verre que des, on dira, fêtards brisent sur la rue et les autres "zombies", rue Antoine Dansaert, qui déambulent à cette heure pour retourner chez eux ou pour rejoindre un autre lieu de fête ou de libation.  Bref le Patrice est arrivé à 6h15 et ce sont Jean-Louis et André qui ont dû accueillis les randonneurs impatients.  Encore mes excuses.

Finalement Patrice est parti pratiquement bon dernier.  Cela lui fera les pieds.  Ce n'est qu'après, environ 30 km qu'il rejoindra un petit groupe avec, entre-autre Antonio et Bernard (Peguin). Par la suite de contrôle en contrôle, nous retrouverons des randonneurs connus et moins connus mais qui promettent car déjà bien en forme.  Au fur et à mesure des contrôles, nous nous retrouverons ici et là et finalement je me retrouverai dans un groupe de 6 randonneurs (si je ne me trompe : Roger Bourgeois, Antonio Moreno-Casas, Marc Dejans, Bernard Peguin, Aissa Samir et moi-même).

Comme nous arrivons à l'entrée de la forêt dans la nuit, bien que beaucoup soient équipés d'éclairage correct, certains ne veulent pas aller dans la forêt (une réminiscence de la peur du loup ?) et nous voilà donc quitter la "trace" et à utiliser nos GPS en mode recherche de destinations ou suivant les connaissances de la route des uns et des autres.  Mal nous en pris, nous avons galéré et notre périple s'est terminé bien tard mais dans les temps. 

Même en roulant très prudemment dans la forêt, nous n'aurions probablement pas perdu autant de temps.

 

Les 14 cyclos sur 17 qui ont rendu leur carte sont:

Aïssa Samir                        BE108528 / 18H05

Bourgeois Roger                    BE500802 / 18H40

De Nijs Daniel                     BE209109 / 15H30

Debaere Bart                       BE111111 / 17H42

Dejans Marc                        BE111111 / 18H40

Estrebel Bruno                     BE700703 / 18H40

Geerts Jan                         BE209109 / 16H00

Luyckx Robert                      BE111111 / 15H30

Martin Patrice                     BE109021 / 18H40

Masson Bertil                      BE709110 / 18H40

Moreno Casas Antonio               BE111111 / 18H40

Peguin Bernard                     FR594852 / 18H35

Roefs Guy                          BE111111 / 15H30

Wilmart Yves                       BE111111 / 15H44

 
_______________________________________________________________________________________________________________________

Samedi 16/03/2013 : Voir Villance et (presque) mourir (de fatigue).

Par Patrice Martin

En style télégraphique, l’épopée du BRM 200 km :

Stress toute  la semaine,  météo +5  -10,  neige,  vent,   pluie sur sol gelé = verglas ... tout cela d'un jour à l'autre.

Finalement je téléphone ... cela ne sera pas annulé  ...  sauf  ... le matin même s'il y a eu une catastrophe climatique la nuit.

Stress pour moi ... le mercredi je reçois quand même mon Canyon ... je monte mon Canyon  ... le jeudi je nettoie mon Eddy Merckx pour le samedi et je lui mets des Schwalbe Durano plus (non plus de Vittoria,   je leur ai donné leur chance et ils ne l'ont pas saisies, good bye Vittoria) et je prépare par écrit tout ce qu'il me faut pour le vendredi et le samedi.

Vendredi je me prépare et contacte Francis pour la nuit au local à Villance. 

Je me rends donc à Libramont en train (gare la plus proche). J'avais préparé le trajet sur Gmap et openrunner.

J'arrive à Libramont, il fait « nuit » et avec ma lampe de casque (non suffisante) je me rends à Villance.  En chemin sur des routes dégagées, je me fais peur car le reste de sel sur des routes grises cela fait blanc cassé et de la neige avec une lampe pas suffisante ...  cela fait blanc cassé aussi ...  

J'arrive au local, Francis (Schouteet) m'avait tout préparé et je lui ai signalé mon arrivée.
Pas de lit (de camp) mais j'ai mon sac de couchage.  Sur le sol, pas de problème mais le froid passe dans mon dos, même si je me suis installé près du radiateur. A 23h25 je me fis une soupe et je décide de dormir sur des chaises (plus en contact avec le sol)  Mais les chaises ne sont pas plates j'ai donc des « bosses » aux mollets, dans les reins, dans le dos ...

(J'aurais dû me faire un lit sur environ 8 à 10 chaises les unes en face des autres ou dormir sur les tables ..)  Je n'ai donc pas beaucoup dormi mais je me suis bien reposé.

Le matin Francis arrive puis rapidement les premiers cyclistes :  Mic,  avec sa camionnette, Marcle Fieremans et d'autres locaux ...

Le circuit a été reconnu et on va supprimer l'un ou l'autre passage dans des routes de forêt (non dégagées) et l'un ou l'autre piste cyclable, on restera sur la route.

Il y aura 2 groupes plus tous les éventuels solitaires. (7h et 8h  qui finalement partiront à 7h25 et 8H??  J’étais parti).

Le premier groupe d'une bonne vingtaine de cyclistes s'élance et, en effet, il fait froid, environ 0 degré, mais les routes sont dégagées, comme on retourne vers Libramont, d'où je suis venu la veille, c'est ainsi que je m'aperçois que j'ai déclipsé, par mesure de prudence de peur de rouler sur de la neige qui n'était que du ....  sel. (Ben oui à quand des lampes CORRECTES pour cyclistes ! ! ! ! ! ).  Il y a pas mal de dénivelé mais dans l'ensemble cela va. Je suivrai sans trop de problème jusqu'au troisième contrôle mais ensuite, n'ayant pas assez mangé, ni bu, ... je vais passer sur la réserve et me retrouver au service pédaleur minimum aucune force, première vitesse et attendre que tout dénivelé se passe.

J'ai donc pu suivre sans problème pendant 100 km environ, Un peu moins sur les 50 suivants et plus du tout sur le dernier « morceau ».  J'ai même été rattrapé par le groupe parti plus tard à  2 ou 3 km de l'arrivée.  Ils m’ont dit de m'accrocher au peloton mais je n'ai pu le faire.  Tout au plus j'ai pu les garder en vue un bon moment à la faveur d'une longue descente. 
Départ 7h25 retour 17h10.

Pas de fuite, vive les Schwalbe Durano plus (il faudra que je les remercie), même si, en peloton, on passe parfois dans des trous qu'on ne peut plus éviter sans pousser son voisin ou sa voisine.

A oui j'oubliais de dire, une super woman a accompagné les plus rapides tout le temps Mic et Marcel étaient en bonne compagnie, et trois autres au moins aussi étaient un peu derrière.  Je n'ai pu les suivre après mon troisième contrôle (où je n'ai rien bu ... ). 

Content de moi pendant 150 km  mais une overdose de dénivelé et erreur, ne mettre dans mon sac à dos que ma nourriture et sur mon vélo (j'avais un porte bagage ... vide) le matériel de réparation.  J'avais un peu mal au dos à la fin.

Super (so)Mic est toujours en forme (sans avoir l'air de pousser sur ses pédales et Marcel Fieremans est aussi un fameux crac, il avait un vélo de randonnées de 15 kilos. Un vélo avec un boîte de vitesse 14 vitesses Rohloff (et oui comme mon vélo ... de l'Allemagne de l'Est ...) et au lieu d'une chaîne, une courroie crantée, avec éclairage, garde boue et porte bagages.

Patrice (Survivant de Villance 2013).      

p.s.: J'étais vidé ...  et , en effet, il me fallait retourner à la gare ...  mais de Libramont à Villance on descend plus qu'on ne monte ...   donc de Villance à Libramont,  on monte plus qu'on ne descend ! ! !  Logique.

J'ai donc parcouru les 16.8 km de Villance à une vitesse moyenne de ...   15.7 km/h   bien crevé le Patrice 1h04 ! ! !
J'ai raté mon train de 18h17 (arrivé à 18h18 ou 19) train suivant à 19h17  j'ai eu le temps de manger (une gauffre et un bounty, rien grand chose dans les gares) boire un minute maid, remplir mes billets train pour moi et vélo.

Une photo gag (SNCB)  deux guichets ... signalés avec un panneau électronique Guichet 1 ouvert ... Guichet 2 ouvert  ... puis sur le guichet 1  un carton  Fermé ! ! !  HA la SNCB ! ! !
photos floues ... un smart phone  c'est pas un appareil photo ! ! ! (ou il faut peut-être acheter une application plus "correcte").

 

16-03-2013 BRM 200 Villance

 

Lien vers le blog de Chemagguia

______________________________________________________________________________________________

Samedi 09/03/2013 : BRM 200 km de Mouscron
Par Alain Darville

Patrice et moi, nous sommes partis faire le BRM 200 km de Mouscron pour la 2ème année consécutive. L’année passée, j’avais battu mon record de moyenne en suivant Kristof Allegaert et Mic Camertijn, cette année-ci sera beaucoup plus calme.

En partant de Bruxelles, il pleut à seaux, mais au fur et à mesure que nous nous approchons de Mouscron, cela se calme, pour finalement avoir un temps sec. Comme quoi, il faut toujours risquer.

50 vélos couchés français étaient attendus au départ, finalement ils seront une petite quinzaine sur un total de 69 partants.

Patrice, toujours équipé comme s’il allait faire un trekking en Alaska, à quelques paires de gants en trop dans son sac à dos, ce qui sauve un cyclo français, qui les avaient oubliés.

Nous partons donc à 8h, dans un petit groupe avec Robert Luyckx. Patrice s’est directement mis en mode spinning, et il ne faut pas longtemps pour qu’il ne disparaisse de notre vue. S’il tient ce rythme jusqu’au bout, il va dépasser Kristof et Mic partis un peu avant nous. Mais nous le retrouvons quelques kilomètres plus loin, il s’est calmé dans un autre petit groupe qui roule relax.

Robert passe ce groupe, nous le suivons, mais un de ses copains a du mal à nous suivre. Sans même le vouloir, nous nous retrouvons à deux, Patrice et moi, Robert ayant fortement ralenti pour attendre son ami.

Le vent, assez fort, est favorable, ce qui fait que nous roulons assez vite jusque Brugge. L’année passée, je l’avais contournée, cette année, nous allons passer en plein centre. Les touristes sont très nombreux, la circulation n’est pas très aisée en vélo de course. Sur la Grand-Place, nous faisons une pause et nous jouons notre rôle de cyclo-touristes. Nous continuons en partant par la rue des magasins de chocolats et de dentelles (Wollestraat) et en faisant une dernière photo, Robert et un autre cyclo nous passent. Nous continuons avec eux direction Damme en logeant le canal.

Finalement, il est midi pile quand nous arrivons à Cadzand aux Pays-Bas, où nous retrouvons le groupe de Mic au 1er contrôle après 103 km.

Mais Patrice met tellement de temps à se préparer pour partir, que le groupe de Mic s’est évaporé avec Robert. Les gants de Patrice arrivent, c’est une bonne nouvelle, son nouveau possesseur ne sera jamais loin de nous. Nous allons donc devoir affronter le vent de face à deux pour rentrer. Après 5 km, Patrice disparait, il a crevé. Je le retrouve caché dans un bosquet. Après avoir injurié son pneu qui ne voulait pas quitter sa jante, il jure qu’il n’aura plus jamais cette marque de pneus qui ne vaut rien. J’ai la même sur mes roues… La réparation est laborieuse, un 20 petites minutes sont nécessaires, le temps de se refroidir dans le vent. Tout noir, Patrice a vaincu son pneu…

Nous repartons en longeant le Canal de Schipdank, le vent n’étant pas encore trop défavorable, cela avance mais avec un petit problème. Quand Patrice est devant, il ne se sent plus, il roule assez vite, et j’essaye de rester dans sa roue pour récupérer. Quand Patrice est derrière, il n’avance plus. Il reste  100 m derrière, sans jamais essayer de se protéger du vent. Finalement, je le laisse devant, de toute façon pour lui, cela ne change rien, et au moins on avance.

A Landegem, au 2ème contrôle, nous retrouvons Mic et sa bande. Ils partent quand nous arrivons. Patrice, fatigué sans doute, commande une soupe, qui est servie à un autre client. Le temps passe, Patrice reçoit sa soupe (une autre) et l’avale assez vite, mais j’ai de grosse crainte pour le reste du BRM.

Et effectivement, le tronçon le plus dur est là, le vent est de face, et la fatigue commence à venir. Les burps de Patrice aussi. Qui dit burps, dit ne plus avancer à vélo. Comme ce n’est pas possible de s’entre-aider, je vais rouler à mon rythme en attendant de temps en temps Patrice, en faisant quelques photos. De l’aveu même de Patrice, il ne digère que les soupes industrielles, les soupe-maison lui restant sur l’estomac. La prochaine fois, il aura son sachet et demandera uniquement de l’eau chaude.

La route est longue et le temps ne passe pas vite. Nous passons Deinze, Harrelbeke et Courtrai en suivant la Lys qui a un gros débit, aurait-il plu tant que ça ?

Mouscron est en vue, cette fois-ci le vent est dans le dos, nous arrivons à 17h20 juste le temps de dire au revoir à Mic et Kristof, qui repartaient chez eux à vélo.  Patrice peut même récupérer ses gants. Nous n’aurons jamais vu les vélos couchés nous passer et à voir le nombre de pains français qui restent encore (pains français offerts généreusement à l’arrivée), il devait encore y avoir pas mal de monde sur le vélo quand nous sommes partis.

C’est un beau parcours, mais le vent, le froid et l’humidité, nous auront bien fatigués. Sans compter que les vélos auront aussi souffert.

09-03-2013 BRM 200 km de Mouscron

 

Lien vers le site de Daniel Cauchie

Lien vers les photos de Dirk Veys et Laurent Cornet

 

Le parcours:

Nouvelle image (67).jpg

__________________________________________________________________________________________________________

Samedi 02/03/2013 : Le BRM 200 km de l’Aurore, tout va bien et puis… patatras…
Par Alain Darville

Comme depuis quelques années maintenant, c’est l’Aurore-Cyclo qui ouvre le bal des BRMs. C’est le BRM 200 km traditionnel qui va en France jusque Solre-Le-Château en passant par le Canal du Centre à Bracquegnies. Il n’est pas trop difficile, malgré quelques côtes assez méchantes tout le long du parcours, avec un dénivelé de +- 1300 mètres.

Les inscriptions s’ouvrant à 06h30, il ne faut longtemps pour voir arriver le premier cyclo. Et cela va continuer jusqu’à 7h30, heure du départ. Jean-Louis, qui est aux inscriptions, ne sait plus où donner de la tête, en devant contrôler les documents, cartes BRM et frais d’inscriptions. Guy vient l’aider juste à temps pour la cohue finale.

Ce sont donc 53 inscrits qui vont s’élancer à 7h30 en peloton groupé. Marc K. est venu avec nous, mais il ne fera pas le 200 complet. André est parti avant le peloton, Daniel partira après.

Patrice ayant fait la dernière reconnaissance jeudi passé, n’est pas revenu ce samedi, ce n’est pas qu’il ne voulait pas, mais un rail de tram en a décidé autrement. Une vilaine chute l’a laissé un peu souffrant, quelques jours.

Le peloton s’élance donc à 7h30 précis. Dans ce peloton se trouvent des vétérans qui ont déjà tout fait, mais aussi des néophytes qui vont être baptisés sur ce BRM.

Finalement je suis, malheureusement pour moi, le seul représentant du club de l’Aurore dans ce peloton, je vais devoir assumer la tête du groupe, pendant pas moins de 70 kilomètres. Avec mon entraînement assez rikiki de cet hiver, je vais déguster, mais l’assume.

Mais ça file, le canal est avalé à un petit 30 km/h vent dans le dos. Cette fois-ci, il n’y a pas de mort dans le canal, et le rond-point juste avant Tubize est passé sur la route et plus sur la piste cyclable, comme ça plus personne ne se casse la figure (voir résumé de l’année passée).

Ça passe assez vite, j’ai de bons compagnons de route avec qui je peux papoter, Bruno et Bertil, de CC Haute Senne et CC Centre Estinne, relayer par un des épouvantails de la Volga (mais qui sont sages au début), suivi d’Etienne B.

Je suppose que la grosse montée juste après Tubize, la Côte de Virginal, a laissé quelques victimes, mais le peloton est toujours aussi fourni. C’est bien la 1ère fois que j’arrive en tête du groupe en haut de cette montée, toujours pas de casus belli.

Dans le Bois de la Houssière, un des cyclos chute dans un des nombreux trous (gouffres) de la route. Le groupe va s’arrêter pour l’attendre, il n’y aura finalement pas trop de mal.

Mais là-dessus le peloton est un peu désorganisé, une partie à continuer  sans s’arrêter. Le 1er contrôle approche et le groupe accélère. Je me laisse décrocher, ce sera la cohue dans le café, j’ai le temps. Un petite ½ heure pour l’arrêt, et c’est reparti, rebelote devant. Le début du 2ème tronçon est assez éprouvant, beaucoup de faux plats montants et quelques montées. Au km 70, les Volgas passent devant à la faveur de la traversée du Bois Delville et de sa forte montée. Tout le peloton me passe (les ingrats), il ‘y a « plus qu’à » suivre « tranquillement ».

Solre-le-Château est en vue, ça roule de plus en plus vite, même la neige est encore là sur les champs. C’est vrai que depuis le matin le thermomètre ne décolle pas (2°c), et que le froid en altitude ( : (240 m) est assez vigoureux.

Repause à Solre-le-château où le petit café-restaurant est bondé avec tous les cyclos affamés et assoiffés. Ninie et sa copine ont fort à faire pour satisfaire tout le monde.

Les Volgas et les costauds repartent sans moi. Je vais continuer avec Bertil, Bruno, Eric, Lenny et Philippe du club Haute Senne. Ils ont l’air un peu moins excités.

Mais la boucle française n’est vraiment pas facile avec le vent de face. Beaucoup de casse-pattes, et le groupe des six finit par faire deux groups de trois. Je continue avec Lenny et Bertil sur un rythme constant. Nous nous relayons assez efficacement parce qu’il va falloir gérer les 110 km vent de face.

A Bracquegnies le carnaval annoncé par Patrice lors de son repérage aura lieu le dimanche, donc il fait toujours calme. Le café du Pont-levis a fait sa journée avec nos deux passages, il devra songer à s’agrandir pour les années à venir. Au redémarrage, Lenny pas fatigué pour un sous, en profite pour faire du charme à une jolie demoiselle, gentille comme tout, mais bon… faut y aller.

Les ascenseurs hydrauliques du canal du centre sont toujours un bon moment pour les yeux, c’est le point fort du parcours, mais il reste 60 km à faire, dont 25 le long du canal toujours aussi sautillant.

On finit à deux, Lenny et moi, en se relayant, Bertil suivant avec des crampes.

Finalement, ce BRM s’est bien passé, la forme encore un peu précaire était suffisante pour faire ces 200 km, même j’étais quand même content d’avoir mes deux compagnons de routes pour me reposer de temps en temps dans leurs sillages.

La buvette du stade à Anderlecht est un peu bruyante (et ce n’est rien de l’écrire), les footeux sont là. Je retrouve Jean-Louis qui a déjà réceptionner une partie des cartes des BRM des express, les Volgas (et c’est dommage), ne les rendent pas.

Finalement à 19h, André arrive, complètement vidé. Il me donne sa carte de BRM, retourne prendre son vélo qu’il avait laissé le long de la buvette, et plus rien. Le vélo est volé. Un crétin a pris le vélo profitant de l’obscurité. Il va rigoler pour le revendre, c’est une randonneuse faite sur mesure pour André.

Malheureusement, ce fait vient ternir un peu la journée qui s’était magnifiquement bien passée.

Je voudrai remercier, au nom du club, tous ceux qui sont venus, aussi nombreux, faire notre BRM, cela fait toujours aussi plaisir. Je voudrais aussi remercier ceux qui ont aidé à l’organisation du BRM, Patrice et son repérage, Jean-Louis aux inscriptions, et Guy pour son aide précieuse.

A l’année prochaine…


p.s.: Quelques jours après le BRM, André a eu une bonne nouvelle: Son vélo a été retrouvé, caché dans le domaine sportif. Sans-doute un footeux pour se venger que leur parking ait été squatté par les cyclistes a cru bon faire une mauvaise blague....


 

Le compte-rendu de notre éclaireur, Patrice Martin :

J'ai fait la reconnaissance de notre 200 de samedi ce jeudi.

Problèmes rencontrés :

message personnel :  Avant d'arriver au local pour le départ, j'ai glissé sur les rails de tram non loin du canal et du début de la rue Wayez, en venant de la chaussée de Mons (côté AVANT le pont de chemin de fer), et je me suis cassé la figure (hanche genou droit, côtes droites et épaule droite ... heu  oui je suis tombé du côté droit, comment avez-vous deviné ?)
Jean-Louis  tu ne sais rien faire ?    Ensuite j'ai dû rouler (plus de) 200 km avec quelques petites douleurs ici et là.  A oui je ne fais pas les choses à moitié je tombe et me blesse (un peu) au départ ... pas à l'arrivée.
 
Dès l'arrivée au canal  il y a un chantier  ce qui signifie, le samedi,  j'espère pas de camions ... mais la boue et des matériaux de construction hélas   oui ! ! ! A éviter…

Après la gare de Halle  sur le chemin de halage  toujours un chantier ...  maintenant une piste est prévue (une cinquantaine de mètres ?) , chemin de terre pas très plane (trous) et gravillons  attention pneu de vélos de courses et gravillons ce n'est pas bon.

Ensuite des remarques habituelles : les routes n'ont toujours pas été réparée attention donc aux trous et dégradations en tous genres.
 
A plusieurs endroits, il y a encore de la neige sur le bas-côté (une fois quelques restes au milieu de la route). 

ATTENTION au contrôle à Bracquegnies (Pont-Levis) il y a une kermesse locale des forains sont installés sur la route devant le café ! ! ! la route est "officiellement" barrée et interdite à la circulation.  Ce sera carnaval.  Il y a aussi un autre café de l'autre côté du pont levis à droite en allant vers l'église sur la gauche dans la rue (mais là aussi ce sera la fête).  Ce café là serait aussi dépourvu de table  ...  pour accueillir le plus de monde possible je présume ! ! ! 

A Solre-Le-Chateau il y aura, normalement, des cocas "tempérés" à la demande générale.

A oui, au retour, après le plan incliné de Ronquières, lorsqu'on rejoint le canal, ...  les racines dangereuses sont toujours présentes le passage le "moins mauvais" se situe entre les arcs de cercles dessinés sur le sol. 

J'ai aussi testé la fuite en route pour vous.  au retour de Bracquegnies vers Bruxelles (bien)  avant d'arriver au plan incliné de Ronquières, on a fait des pistes cyclables notamment pour passer au-dessus de l'autoroute ...  fort bien  mais ... elles sont sales  et on y trouve (peut-être pas vous  mais moi ... tout de suite) des petits "clous" genre fixe câble électrique au mur.  Et j'en ai ramassé un dans mon pneu arrière ... bien planté dedans ... à chaque tour de roue cela faisait tada tada tada ... je pense à quelque chose dans mes rayons ... mais non je roulais avec ce truc dans mon pneu.  J'ai remplacé ma chambre à air.


Lien vers le parcours GPS


Lien vers quelques photos (pas facile de prendre des photos en roulant avec de gros gants, j'évite donc...)

02-03-2013 BRM 200 km Aurore

 

Lien vers les photos de Geert Lammens

Lien vers les photos de Daniel Cauchie

 

Les BRMistes qui ont rendu leur carte:

Nom

Prénom

Club

Temps

AISSA

Samir

Royal Cyclo Tourist Basilique

10h15

BEIRINCKX

Stefan

KLBL

10h15

BLOCKX

Jan

Lierse BCR

8h25

BOURGEOIS

Roger

Meux Cyclo La Bruyère

10h15

BUNDERVOET

Etienne

WTC Wondelgem

8h30

CAMERTIJN

Mic

Team Verada

8h30

CAUCHIE

Daniel

Union Audax Tournai

10h30

CNUDDE

Peter

Individueel

8h50

DARVILLE

Alain

Aurore Cyclo St-Gilles

8h50

DE JONGE

Pascal

Lambrechts Cycling Club

8h30

DE NIJS

Daniël

Lierse BCR

8h50

DEVOS

Eric

CC Haute Senne

9h33

ESTREBEL

Bruno

CC Haute Senne

9h33

FIEREMANS

Marcel

International Bike Team

8h30

FIEVET

Joël

Brussels Big Brackets

10h15

GARCIA GUIA

Jose Maria

Individuel

11h30

GODFRIND

Guy

Aurore Cyclo St-Gilles

9h50

HAUTMAN

Marc

Ind

8h35

KEPPENS

Jurgen

Lierse BCR

8h30

LAMMENS

Geert

Individueel

8h40

LIEKENDAEL

Roger

Ind

8h35

LUYCKX

Robert

Individueel

8h50

MARTIN

Patrice

Aurore Cyclo St-Gilles

10h30

MASSON

Bertil

Cyclo Centre Estinnes

8h50

MOMMO

Petteri

Brussels Big Brackets

10h15

PEGUIN

Bernard

CC Orchies

10h30

ROEFS

Guy

individueel

8h45

ROELS

Philppe

CC Haute Senne

9h33

STEENPUT

Frank

Individueel

8h40

STRUBBE

Paskal

Individueel

8h25

VAN NUFFEL

Norbert

WTC De Vliegende Spaak

8h10

VANEECKHOUT

André

Aurore Cyclo St-Gilles

11h45

VANMARSENILLE

Francis

Individueel

8h30

VANMARSENILLE

Rohnny

Individueel

9h15

VERHOEVEN

Bart

Individueel

10h20

VILLETTE

Guy

Individuel

9h00

WAUTERS

Daniel

Aurore Cyclo St-Gilles

10h30

WILMART

Yves

Individuel

10h00